Les samedi 4 et le dimanche 5 février 2017 Macron, Lepen et Mélanchon venaient à Lyon afin de réaliser leurs meetings.

A cette occasion un week-end d’actions contre la mascarade électorale a été organisé.

> Entrée en matière avec une manif sauvage contre la mascarade électorale le samedi :

Suite aux meeting de Macron, Lepen et Mélenchon (les samedi et dimanche) à Lyon, un appel autonome, lancé par la GALE (Groupe Antifasciste de Lyon et Environs) et l’UCL (Unité Communiste – Lyon), à se rassembler place Raspail à 11h a été lancé. Nous étions une bonne centaine à nous retrouver malgré une important dispositif policier.

Musiques, banderoles, pancartes (cf. photos et vidéo) ; l’ambiance était détendue.

Puis nous décidons de partir en manif sauvage « Anticapitaliste !».

Rapidement des « ACAB » sont apposés sur des murs, des guichets sont tendrement sculptés, un « Nak la bik » viendra même s’ajouter au décor. La masse est déterminée, motivée dans sa voix.

Une belle manif, qui malheureusement sera assez rapidement bloquée dans une rue par la BAC. Les CRS sont en nombre et 2 nasses se forment.

J’en suis désolée (et ça m’a mis un coup sur le moment), mais j’ai dû quitter la manif avant de ne pas pouvoir sortir de la nasse, afin de pouvoir participer à l’action de perturbation du meeting de Macron l’après-midi.

Il y a eu environ 7 interpellations (chiffre à vérifier) et des violences policières tristement habituelles …

Voici ma vidéo de la manif :

Et mes photos : cimg6701cimg6688_censoredcimg6706cimg6681cimg6699cimg6702cimg6698cimg6689_censoredcimg6690_censored

> Petite perturbation du meeting de Macron :

Vers 15h nous nous mêlons à la foule : nous faisions la queue afin d’avoir la chance inouïe de pouvoir être présent-es au meeting de Macron !

Le nombre de personnes est assez impressionnant. Rapidement des probables bénévoles crient que seules les personnes dotées d’une inscription doivent faire la queue et que les autres rentrerons peut-être plus tard.

Nous nous demandons alors si nous pouvons rentrer, partagés entre angoisse et crise de sanglots ; l’idée de ne pas pouvoir assister à ce grand moment, à ce grand discours, c’était assez perturbant.

Finalement, nous parvenons à nous procurer des noms et adresse mails inscrites pour le meeting. C’est un petit soulagement, mais il ne s’agit pas de nos noms, alors nous ne sommes toujours pas sûr-es de pouvoir rentrer …

Après des heures de patiente hardie et dévouée, nous voici enfin devant les bénévoles (j’imagine) chargé-es de contrôler les inscriptions.

Contre toute attente nous sommes acceptés et on nous donne un petit papier ! Mais il faut refaire une queue immense avant de nous rapprocher de l’objectif tant désiré …

Finalement nous en voyons le bout, nos papiers sont vérifiés et après avoir été palpés nous rentrons.

Mais malheur … L’accès à la salle intérieure est pleine et plus personne ne peut rentrer ! Énervement, déception pour beaucoup de (supposés) « fans », et un véritable désespoir pour nous.

Fort heureusement tout était prévu et un immense écran géant nous attend dehors, avec de splendides rediffusions des meilleurs discours de Manuel Macron (<3). Puis le grand moment arrive ; Macron s’approche de la foule (tout de même séparée de lui de 2 barrières distinctes. Il explique que s’il devient président il n’y aura plus jamais personne dehors et que tout le monde pourra entrer pour assister à ses discours ! Mais il n’intervient pas tout de suite dans la grande salle, il sait se faire désirer …

Des prises de paroles se succèdent, notamment une femme parlera avant Macron, expliquant que ce dernier est LE président féministe et qu’il faut voter pour lui (en gros).

Après ces enrichissantes interventions, voilà enfin que le grand Macron pénètre dans la grande salle, acclamé par la foule qui cherche à tout prix à lui serrer la main (j’exagère à peine) ! Il prend la parole, mais le malheureux a du mal à finir une phrase sans être noyé sous les applaudissements (ou pire, des incessantes clameurs telles que « Macron président! ») …

Au tout début de son discours, il prononcera cette phrase : « Vous pourrez dire que vous y étiez!».

Vient un moment où il aborde un sujet scandaleux ; la foule se met alors à huer, mais Macron n’est véritablement pas content, très en colère auprès de son public, il emploiera là une phrase qui devrait nous toucher tou-tes : « ce ne sont pas avec des huées que nous avancerons, mais avec des applaudissements ». Des tonnes d’applaudissements se sont alors mis à pleuvoir …

Petite aparté ; si vous souhaitez connaître les trucs et astuces de Macron pour ambiancer ses meeting, je vous conseille de faire un tour sur cet article, la vidéo en vaut le détour !

Bref, venons en à l’action. Nous choisissons un moment opportun et enfilons des t-shirts prévus pour l’occasion (photos et vidéo en contrebas). Nous ne sommes que 16, nous n’avons pas grande illusion quant à la portée de l’action, mais cela pouvant toujours amener à réfléchir et à appeler à la révolte, à la volonté de créer autre chose, nous faisons une chaîne humaine et au milieu de la foule nous commençons à scander des slogans tout en marchant.

Le slogan phare était « En marche, en marche, en marche arrière! ». Il est intéressant de noter que le site « Lyon mag » a relayé notre action (après celle du GUD, mais on lui en veut pas !) croyant que nous faisions partie du mouvement « en marche arrière ». Nous sommes profondément honoré-es, de par cette simple action,  d’être parvenu-es à créer un mouvement, peut-être le mouvement qui fera basculer le monde vers un horizon nouveau. Si vous souhaitez voir cette petite perle c’est ici.

Il a fallut une dizaine de minutes avant que des agents de la sécurité et des policier-es ne viennent pour nous faire sortir. Je ne rentre pas d’avantage dans les détails, il y a une vidéo qui donne un aperçu si ça vous intéresse ! Après avoir été contrôlé-es et fouillé-es, nous avons finalement été relâché-es (hormis une personne qui avait un couteau de poche sur elle).

Une fois notre action terminée, beaucoup de gens ont quitté en masse le meeting et certain-es d’entre eux sont venu-es vers nous afin de nous poser des questions. Des échanges intéressants ont ainsi eu lieu.

-> Voici ma vidéo de l’action :

-> Concernant les photos, certaines sont de moi, les autres sont du photographe Ryad Hitouche (celles où rien n’est précisé sont les miennes). Merci à lui pour ces superbes clichés (sur lesquels j’ai juste flouté des visages).

dsc_0186

32353555430_31ca418542_z_censored
~ Photo de Ryad Hitouche ~

dsc_0152

32608721121_5e09ed22b3_c_censored
~ Photo de Ryad Hitouche ~

dsc_0157dsc_0145dsc_0149

32608840911_3442f8114e_k_censored
~ Photo de Ryad Hitouche ~

dsc_0176dsc_0144

> Dimanche : action pancarte contre le FN empêchée par la BAC :

Le dimanche, un meeting du FN avec une conférence de Marine Lepen payante, doit se dérouler à la cité internationale. Nous sommes 8 personnes à décider de faire une petite action pancarte, faute de nombre pour faire autre chose, afin d’informer les véhicules qu’un meeting (du FN) est en cours. Nous décidons de ne pas nous placer trop proche du lieu de meeting, mais pas trop éloigné-es non plus.

Ainsi nous marchons (en marche!) tranquillement avec nos pancartes sur les trottoirs de Lyon. Mais, tout à coup, de la rangée de voitures garées à notre gauche (une dizaine), sortent une douzaine de bacqueux, nous encerclant immédiatement. Ils prennent nos identités, nous fouillent, confisquent nos pancartes. Rapidement des renforts arriveront ; au total 23 policiers seront mobilisés pour nous.

Je vous retranscris ici quelques échanges que nous avons eu avec eux :

«  (Un militant qui vient de prendre une photo) – J’ai le droit de prendre des photos.

– (bacqeux) Non.

– C’est légal.

Y a pas de légal, nous on marche pas avec la loi.

– Vous marchez pas avec la loi ?

– Non aujourd’hui on marche pas avec la loi. »

«  (Concernant l’affaire de Théo violé par des policiers) – Non non c’est pas un viol l’objet s’est arrêté juste à l’orifice.

(Ainsi que : ) – Regardez la télé ça a été requalifié.  »

«  (Concernant le site collaboratif d’informations alternatives Rebellyon) – Rebellyon ? Oh cette sale merde.  »

« – On est des soldats nous.

– Vous dépendez du ministère de la défense ?

– Non, de l’intérieur …  »

17012472_1791169197869794_506995096_n

Cette photo a été prise par un militant alors que nous venions d’être relâché-es. Un policier est immédiatement arrivé, lui sommant de supprimer la photo. Il s’est exécuté, sous la contrainte. Mais les données numériques ne s’effacent jamais vraiment …

Nad ~

Publicités