Bilan de cette double manif :

Pour commencer cet article, je ne rentrerai pas dans des explications sur les sujets de la fusion des facs, de la fermeture de collèges populaires ou sur la santé ; ces points sont abordés en dessous ! Il s’agit dans un premier temps de brièvement retranscrire le déroulé de la manif.

  • A 14h30 le défilé partait de Saint-Cyprien direction François-Verdier. Environ 1000 personnes très étiquetées en terme d’attachement syndical. Mais un cortège autonome était présent. Des visions du monde et des moyens d’actions différents côte à côte face aux attaques faites à la santé et à l’éducation. « Plus de facs, moins de matraques! », « Facs ouvertes aux enfants d’ouvrier-es, facs fermées aux intérêts privés! ». L’effectif policier était cette fois très faible.
  • Avant d’arriver à François-Verdier le cortège autonome décide de partir de son côté en manif sauvage. Une quarantaine d’autonomes arpentes les rues de Toulouse en scandant à pleins poumons des slogans ciblés particulièrement sur la fusion des facs, même si des « Anticapitaliste! » et des « Tout le monde déteste la police! » venaient rappeler l’importance de refuser ce système et l’intérêt de la convergence des luttes. Des « Autonomie », « Votez à coup de pavé! », « Révoltez-vous » ou « Guerre au capital » ont été apposés sur des murs. Nous sommes entré-es dans la fac de droit du Capitole sans relâcher la cadence des slogans, en invitant les étudiant-es à être solidaire : « Rejoignez-nous, ne nous regardez pas! », « Toulouse, Toulouse, soulève toi! ». Après avoir fait le tour de la fac nous nous sommes dispersé-es.

Après la vidéo et les photos de la manifestation, quelques informations sur l’éducation et la santé sont à lire ! 🙂

CIMG7092CIMG7096CIMG7105CIMG7108CIMG7109CIMG7124CIMG7133CIMG7135CIMG7136

Fusion des facs :

Tout d’abord, concernant la fusion des facs ; il s’agirait de réunir la fac du Mirail, de Paul Sab, l’INP, l’INSA afin de créer « l’UT » (« l’Université de Toulouse »).  Il faut savoir que ce procédé est à l’œuvre dans toute la fRance.

Ce projet portera une libre possibilité de suppression (ou de rassemblement en un seul cursus) de certaines matières jugées « inutiles sur le marché du travail ».

Extrait de l’article de IAATA  (que je vous invite à lire afin de mieux comprendre les enjeux) :  » … . La répartition [du budget] à chaque établissement-composante se fera alors d’après les évaluations d’un « comité d’orientation stratégique », composé exclusivement de personnalités extérieures et de patrons. Quid de l’auto-détermination ? Grâce à un dispositif similaire, EDF, siégeant au supra-CA d’Aix-Marseille-Université (fusionnées), s’est fait taillé deux masters sur mesure « génie des procédés appliqués au nucléaire » et « modélisation et expérimentation des matériaux pour le nucléaire » tandis que les sciences humaines et les arts se sont retrouvés dans un seul UFR fourre-tout.   »

La possibilité de contestation des décisions sera ainsi rendue plus complexe ; l’organe dirigeant ne correspondra plus à un établissement physique et les décisionnaires seront des individu-es éloigné-es du quotidien et des réalités de terrain des concerné-es.

Le changement de statut juridique (le statut « d’Université » remplacé par le statut de « grand établissement ») permettra de faire abstraction de pas mal de choses, notamment auprès des frais d’admission.

Fermeture de collèges populaires :

Les collèges de la Reynerie et de Bellefontaine sont menacés par un projet de fermeture. Il s’agit là d’une volonté de gentrification ; c’est à dire un  » phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitant-es ou usager-es moins favorisé-es, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure. » (dixit Wikipédia).

En supprimant ces collèges de quartiers  spécialisés dans l’éducation prioritaire, au delà de détruire des lieux de vie centraux dans la dynamique du quartier, on défavorise encore d’avantage des personnes déjà désavantagées.

D’autre part, les jeunes élèves de ces collèges sont présenté-es comme de véritables dangers, considéré-es notamment comme « une bombe à retardement ». Afin d’avoir d’avantage d’éclaircissement sur le sujet voici deux articles publiés sur IAATA ; voici le premier et le second !

Santé :

Concernant la santé, je vous renvoi à une vidéo que j’avais déjà réalisé à l’occasion de la manifestation du 24 janvier 2017 qui apporte certaines précisions. Un article sur la santé devrait voir le jour prochainement sur le site !

Edit : Pendant que nous manifestions mardi, une infirmière s’est suicidée sur son lieu de travail, à l’hôpital Crochin à Paris. A la fin de la manifestation parisienne pour la santé un rassemblement a été organisé devant l’hôpital Crochin.

Nad~

Publicités