Afin de protester contre les violences policières, contre le racisme et en soutien des migrant-es, une marche (déclarée) pour la Dignité a eu lieu le dimanche 19 mars départ Palais de justice à Toulouse.

Un dispositif policier important : s’il était difficile d’estimer le nombre exact, environ 30 fourgons de gendarmes mobiles placés tout le long du parcours, des CRS (moins nombreux) ainsi que des bacceux.

Nous étions donc suivis de près tout le long de la marche. Nous nous sommes dispersé-es sans incident à François-Verdier.


Avant de me rendre à cette marche j’avais quelques craintes qui furent en partie confirmées. Parmi les gens présents dans le cortège, presque personne de racisé. Les quartiers populaires étaient quasiment absents et nous n’étions que très peu de « jeunes ».

D’autre part, le pas était très « conventionnel ». Il s’agissait clairement d’une manifestation syndicale aux slogans lissés et peu entrainants, bien que certains d’entre eux étaient pertinents, comme : « Liberté de circulation et d’installation pour les migrants ! »

Malgré cela, une (petite) partie du cortège était autonome et d’avantage déterminée dans la voix.

Une personne nous a reprise sur un de nos slogans nous expliquant que ce n’était « pas assez consensuel ». Finalement à la fin elle scandait avec nous, remixant « police partout, justice nulle part ! » en « violice partout, justice nulle part ! ». Comme quoi même sur une simple manifestation nous pouvons voir nos visions se rapprocher, même si nos univers sont différents !

Beaucoup de choses sont à revoir dans nos façon de nous organiser. Nous manquons de discussions qui débloqueraient pas mal d’incompréhensions et d’erreurs stratégiques. Les habitant-es des quartiers populaires font parties des premier-res concerné-es par les violences policières et le racisme ; leur absence pose un réel problème à mon sens.

Si nos façons de voir le monde, d’agir ou de créer des solutions peuvent diverger sur bien des points, il est nécessaire de converger sur l’essentiel, de se mettre d’accord sur certains aspects (par exemple : le refus des discriminations, une base stratégique, etc.) et d’être tolérant-es sur ce qui est admissible (par exemple les moyens d’actions employés).

Voici la vidéo de la marche et en dessous quelques photos.

PS : Si l’on peut voir des drapeaux/pancartes d’appartenance syndicale c’est uniquement car la photo me semblait intéressante à prendre pour diverses raisons. Je ne suis d’aucun syndicat, parti ou autre mouvance régie (de près ou de loin) par l’état.

NB : « PS » signifie « post-scriptum » et en aucun cas « parti socialiste ». Merci.

CIMG7139CIMG7142

CIMG7143
Un groupuscule armé rode aux alentours de la marche. S’organisent-ils pour une contre-manif ?

CIMG7146CIMG7150CIMG7153CIMG7156CIMG7158CIMG7168CIMG7181CIMG7192CIMG7200CIMG7201

CIMG7208
Après avoir discuté avec cette dame, elle en est venue elle-même à trouver cette pancarte trop indulgente envers la police.

CIMG7211CIMG7212

Nad ~

Publicités